Partenaires

Historique EEML

L’Ecole d’Etat-Major de Libreville (EEML) a été créée par le décret n°149 PR/MDN du 4 février 2002

Son casernement fut destiné jusqu’en 1992 à accueillir le personnel féminin des forces armées gabonaises à des fins d’instruction. A partir de 1996, des stages d’officier d’état-major sont organisés sur ce camp. Puis, la France suggère de créer une Ecole Nationale à Vocation Régionale (ENVR) pour accueillir les stagiaires de la sous-région.

En effet, la France entretient avec le Gabon une coopération de sécurité et de défense de premier plan, qui vise à accompagner l’effort du pays dans la constitution de son outil de défense. Cet effort se traduit également par la volonté de renforcer les capacités africaines, nationales, régionales et continentales par la formation d’officiers d’état-major africains aptes à participer aux opérations de maintien de la paix.

A cet effet, au début des années 2000 la coopération française propose de réaliser des stages sur le sol africain cofinancés par la France et le pays partenaire. Ainsi est né le concept d’ENVR, dont fait partie depuis 2001 l’EEML.

Sous l’impulsion du ministre de la défense nationale de l’époque, son excellence monsieur Ali BONGO ONDIMBA, les travaux débutent en février 2000. La convention du 19 juillet 2000 relative à la construction de l’école fixe la contribution des partenaires français et gabonais. L’école est alors dotée d’infrastructures d’hébergement, d’alimentation et d’enseignement, de manière à pouvoir accueillir initialement 28 stagiaires en internat.

Le 4 février 2002, la première promotion, composée de 34 stagiaires gabonais, intègre l’EEML. Dès la rentrée suivante, la promotion est multinationale. Elle devient alors École Nationale à Vocation Régionale et accueille des officiers de toute l’Afrique, essentiellement de l’espace francophone, recrutés sur concours.

Depuis juin 2008, l’EEML s’est engagée dans un processus d’agrandissement destiné à lui permettre de doubler sa capacité, passant de 28 à 60 stagiaires.

Les promotions peuvent être composées de stagiaires provenant d'une vingtaine de pays différents.

Depuis septembre 2013, l’EEML a mis en œuvre un certain nombre de réformes visant à réduire le temps dédié à la scolarité et à diversifier l’enseignement délivré. Ainsi, la durée de la formation est désormais passée à 21 semaines (au lieu des 39 initiales, ce qui porte le nombre de stages à deux par an) et le nombre d’officiers à former a quasiment doublé.

Depuis septembre 2016, l’EEML est en mesure de former 120 officiers par an.

La devise de l’école est « CULTIVER L’EXCELLENCE ».